Guy Lévi : "Concilier développement économique et optimisation foncière" - Le Blog du Foncier

Guy Lévi : « Concilier développement économique et optimisation foncière »

Entretien avec Guy Lévi, Secrétaire général du SGAR Auvergne-Rhône-Alpes

l

Quel est votre regard sur la question de l’optimisation foncière des ZAE ?

Pour de nombreux élus, il y a toujours eu une forme de mythe autour des ZAE qui sont considérées comme indispensables pour créer de l’emploi. Depuis plus de 40 ans, on a donc laissé se développer sur tous les territoires des ZAE conçues sur le même modèle, dans une logique de « chacun chez soi », sans réelle réflexion sur les espaces communs, sur les mutualisations ou encore sur la bonne utilisation du foncier. On produit et on vend des espaces individuels sans évaluer réellement les gains générés.

En ce sens, ces ZAE n’ont pas été pensées ni aménagées dans une optique d’optimisation foncière. Au contraire, depuis le RNU, les évolutions réglementaires semblent avoir été contre productives en matière de maîtrise de la consommation foncière. Les PLU sont, en effet, souvent utilisés pour justifier de nouvelles créations de ZAE et il n’y a jamais véritablement eu d’évaluation des effets générés par les différentes règles des PLU sur l’optimisation de l’usage du foncier.

« Réduire la consommation foncière suppose réinterroger les outils règlementaires »

Comment le SGAR se saisit-il de cette problématique ?

Il y a désormais une prise de conscience partagée sur le fait qu’il est urgent de réduire drastiquement cette logique expansive de consommation foncière.

La réduction de la consommation foncière est ainsi un axe prioritaire du Préfet de Région avec un objectif de ne plus consommer de foncier en 2050. C’est d’ailleurs dans cet esprit que se construit le futur SRADDET de la Région Auvergne-Rhône-Alpes.

Si l’on veut pouvoir agir réellement sur la maîtrise de la consommation foncière, il faut donc créer des contraintes sur la capacité à créer de nouvelles ZAE mais en prenant en compte la diversité des situations. Il ne s’agit pas de contraindre fortement des petites zones artisanales qui répondent à des enjeux de proximité. En revanche, il faut pouvoir renforcer l’optimisation des grandes ZAE qui dont parfois dédiées à des activités très extensives. C’est notamment le cas avec les activités de la logistique internationale qui consomment énormément de foncier avec une densité bâtie très faible et très peu d’emplois à la clé. Il est donc important que les collectivités puissent mieux évaluer en amont les impacts et les gains liés à l’accueil de telle ou telle nouvelle implantation.

Le rôle du SGAR et de l’Etat doit-il se limiter à une approche règlementaire ?

Non, il faut en effet s’interroger également sur les objectifs liés à ces ZAE et sur les différents moyens à mobiliser. C’est par exemple le sens de la démarche « territoires d’industrie ».

L’optimisation foncière des ZAE doit en effet se coupler avec le développement de nouveaux services permettant de répondre aux nouveaux besoins des industriels et des usagers. Les entreprises doivent pouvoir trouver des solutions qui contribuent à renforcer leur compétitivité mais aussi à faciliter les recrutements. Cela suppose donc des nouveaux services pour la qualité de vie au quotidien, des solutions de mobilité et des équipements partagés.

Mais cette dynamique d’optimisation constitue également une opportunité pour faire évoluer le modèle classique des ZAE. Les friches et les espaces vacants permettent de développer de nouvelles formes d’accueil et plusieurs expérimentations montrent également que l’on n’est plus obligé de vendre le foncier. C’est le cas sur le secteur de Saint-Exupéry où il y a, par exemple, une volonté de généraliser les baux à construction pour mieux maîtriser le devenir des sites et anticiper les futurs besoins.

I

Propos recueillis par Pierre-Cecil Brasseur, consultant associé au cabinet Synopter, dans le cadre du travail prospectif mené par le CERF sur l’optimisation foncière des zones d’activités existantes.

Optimisation foncière ZAE