Du foncier agricole en ville : la ferme urbaine de Grenoble - Le Blog du Foncier

Du foncier agricole en ville : la ferme urbaine de Grenoble

Une cinquantaine de paniers de fruits et légumes biologiques par an, vendus aux particuliers, sur les marchés ou aux restaurateurs locaux, et bientôt un élevage de poules pondeuses…A deux pas du centre-ville de Grenoble, la ferme urbaine est opérationnelle depuis quelques mois.

En 2014, le maire de Grenoble s’engage à encourager les initiatives visant à relocaliser l’alimentation dans les zones urbaines, à favoriser les circuits courts et les modes de production respectueux. L’idée d’expérimenter une ferme urbaine fait son chemin.

L’espace nécessaire est cependant difficile à trouver au cœur de Grenoble, où la pression foncière est forte. Quelques terrains sont repérés, mais les problématiques de pollution, la difficulté d’amener une grande quantité de terre cultivable et les nécessités de la programmation urbaine ne permettent pas d’aboutir. C’est finalement un site situé à Saint-Martin d’Hères qui permet la concrétisation du projet : la zone horticole de Grenoble, terrain de 5,5 ha propriété de la Ville, aux sols historiquement maraîchers. Quatre tunnels de 30 m seront dédiés à la culture sous abri, dans le cadre d’un bail agricole de 9 ans renouvelable, et cohabiterons avec le centre de production horticole, les potagers et les jardins pédagogiques.

Un appel à projets est lancé début 2018 pour sélectionner un agriculteur, à statut indépendant, pour exploiter 1,4 ha. Coût pour la ville : 80 000 € environ, principalement pour raccorder les réseaux et créer quelques infrastructures. Un premier pas symbolique pour reconnecter le foncier agricole et le foncier urbain, à la volonté pédagogique assumée, et qui pose la question de l’autonomie alimentaire de villes, aujourd’hui quasi-nulle.

Expérimentation ferme urbaine Foncier agricole métropole grenobloise